accountaccountbagbagzalando logomenu
Tout sur le Yoga/ Interview - Talia Hendlisz

Talia Hendlisz

Influenceuse passionnée de yoga

Talia Hendlisz

Je suis quelqu'un qui aime l'énergie d'un groupe.

Talia Hendlisz Passionnée de yoga et bloggueuse de Magicwakame.com

Talia - Passionnée de Yoga

Originaire de Belgique, Talia a deux passions : la nourriture saine et le yoga. C´est donc tout naturellement qu'elle en parle dans son blog et lors de workshops.


Comment s'est déroulée votre première expérience de yoga ?
C'était il y a très longtemps. Je devais avoir entre huit et dix ans. Je me souviens avoir trouvé cela très amusant. Nous avons dû apprendre la posture du corbeau, du baby rock (happy baby) et même du lotus. Quand j'étais adolescente, le yoga était l'une des activités extrascolaires proposées. J'ai continué à en faire par la suite et j'ai rencontré une personne qui avait ouvert l'un des premiers centres bruxellois, dans le quartier du Sablon. Elle disait que je riais trop, que j'avais du mal à me concentrer. Mais la danse était beaucoup plus attirante pour moi, c'est devenu mon activité principale avec le fitness. Je n'ai repris le yoga qu'en 2003, grâce à une connaissance qui venait d'ouvrir un centre de remise en forme à Bruxelles, proposant également des cours de yoga. C'était le premier endroit en Belgique à proposer des cours de hot yoga. Cela a été une véritable révélation. Les sensations, mes organes, mon espace intérieur, le picotement de mes jambes, l'observation sans l'intervention de ma volonté. Je suis devenue accro à son cours, j'y allais incognito. J'avais juste à être et à suivre les pranayama (exercice de respirations) ou les asanas (positions). Depuis c'est devenu une partie de ma vie, de ma routine, un besoin vital de rentrer dans mon corps..


Quel est le meilleur conseil que vous puissiez donner à un débutant ?
a pratique du yoga est adaptée à tous. Le yoga ne comporte pas de notion de challenge ni de niveaux. Ce n'est pas la position ou la souplesse qui sont une fin en soi, c'est la respiration qui compte. Tout ce qui entoure la respiration n'est qu'un moyen de se concentrer ou ce que l'on peut appeler des « conséquences collatérales ». Le plus difficile dans une vie est de trouver VOTRE yoga et VOTRE professeur (votre guide). Il existe beaucoup de styles qui portent des noms différents aujourd'hui, mais cela importe peu, c'est surtout du marketing. L'essentiel, c'est de savoir ce qui vous convient. Si j'ai un conseil à donner, c'est : laisser couler. Aller là où le flot vous emmène. C'est en pratiquant le yoga Hatha et à travers de longues séances de respirations et méditations guidées que j'ai raccroché au yoga. Aujourd'hui, malgré mon goût pour l'Ashtanga (rien de définitif pour le moment), un yoga assez physique et méditatif dans le mouvement, je garde mes séances de Hatha et de respirations. J'effectue également de longues séances de méditation.


Comment le yoga a-t-il changé votre vie ?
Le yoga fait partie de ma vie. Je ne peux pas dire que ça ait changé mon style de vie. C'est juste intégré dans ma routine. Disons qu'on a tendance, chez nous, à plutôt s'organiser autour du yoga. Il n'y a pas une semaine qui passe sans que je pratique sauf si je suis vraiment très malade. Je pratique quatre à six fois par semaine, et au moins trois de ces sessions sont consacrées au yoga Ashtanga. Le reste du temps, je varie. Parfois, je pratique pendant 30 à 40 minutes le matin lorsque je sais que j'ai toute la journée devant moi. Je fais parfois du yoga Hatha ou Vinyasa en plus de pratiquer le yoga Ashtanga.


Comment pratiquez-vous le yoga ?
Je suis quelqu'un qui aime l'énergie d'un groupe, donc c'est plutôt en groupe. J'ai mes studios ou plutôt mes professeurs de prédilection, et surtout mon professeur d'Ashtanga qui est aussi mon guide, désormais avec un groupe de yogi avec qui je pratique mon Yoga Ashtanga. Mais je ne refuse jamais une occasion de découvrir d'autres belles personnes et d'aller à l'aventure, des workshops ou des expériences, c'est comme ça se présente sur ma route… Mais ce qui compte, c'est de bien garder une régularité dans votre pratique.


Quel est votre type de yoga préféré et pourquoi ?
Aujourd’hui, je suis adepte du Yoga Ashtanga. C’est assez précis et cadré par Sri K. Pattabhi Jois, l’un des grands Guru de yoga décédé en 2009. Les postures sont dans un ordre qui est toujours le même et ce, partout dans le monde. Il y a un nombre précis de postures, de transitions, et de respirations. Chaque mouvement correspond à une respiration et chaque respiration relie les positions entre elles. Le flow de cette « chorégraphie » mène à une méditation dans le mouvement. La répétition de ces mouvements, encore et toujours les mêmes tous les jours, travaille sur notre capacité à voir les postures avec un œil nouveau comme si c’était la première fois. Le flow augmente la chaleur intérieure qui s’intensifie, favorisant la détoxification et la purification des organes et du mental, pour ensuite faire place au vide… C’est un style de yoga précis, sans pause, avec un rythme précis et régulier qui permet le dépassement de son ego et de ses peurs. Ce style de yoga me convient parfaitement pour l’instant.


Quel est selon vous, le meilleur moment de la journée pour faire du yoga ? Pourquoi ?
Quand je suis en vacances, j’aime débuter la journée par une séance de yoga. Le reste du temps, je préfère faire du yoga en fin de journée. En sortant du travail, c’est une parenthèse dans le temps, je vide ma tête, je m’occupe de mon corps et de mon esprit, je me recharge en énergie, je sors des automatismes ou du rythme infernal de mes journées. Je peux rentrer chez moi ou sortir, pleine de nouvelles énergies et nettoyée des petites contrariétés sans importance de la vie active. Je sais que ce n’est pas toujours facile quand on a des enfants. Ma maman ou ma sœur assistent aux cours avec mes neveux et nièces. C’est aussi une façon de lier les deux.


Quel est le cadre idéal pour faire du yoga selon vous ? Est-ce une activité « tendance » (et très pratiquée) ?
Il y a des endroits magiques dans la nature pour pratiquer le yoga. Je suis sensible à un cadre naturel extraordinaire, comme les rives du Gange ou en dessous d’une falaise dans le désert. Mais je suis facilement distraite. J’observe alors tout ce qui m’entoure. Je ne suis pas dans ma pratique mais je suis photographe de cet environnement. Ce qui est donc important, c’est mon tapis dans un endroit familier, ou dans un studio qui soit le plus simple possible (ce qui est souvent le cas). En fait, je pense que l’endroit où je préfère pratiquer, c’est chez mon professeur d’Ashtanga. Je connais cet environnement par cœur, chaque planche de parquet, chaque craquement, le bruit et le rythme des respirations de mes amis yogis qui pratiquent à mes côtés, la voix grave de mon professeur et sa respiration, profonde qui nous apaise. Voilà ce que je préfère au final : les personnes que j’aime et que je connais, dans la simplicité et la chaleur de mon studio préféré.


Comment le yoga est-il perçu en Belgique ?
Ça ne fait aucun doute ! Et pour mon plus grand bonheur ! Quelle mode formidable ! Il y a de plus en plus de studios, de workshops et de personnes qui font du yoga. Je pense que c’est une mode, oui, mais pas un effet de mode. Le yoga s’est répandu en Occident depuis les années 60. De plus en plus de professeurs sont formés par d’autres professeurs. Le yoga est vraiment en plein essor aujourd’hui ! Notre style de vie est toujours plus chaotique, avec un rythme infernal. Sans parler des pressions extérieures que ce soit dans le travail ou les vies sociales et de familles. . Les multi-rôles de chacun, hommes, pères, chef d’entreprise, amis, … font qu’on est sans cesse convoité à l’extérieur de nous-même. Les réseaux sociaux, le fait d’être constamment connecté, l’overdose d’informations, d’e-mails, d’événements… tout cela fait qu’on a de plus en plus de cas de burnout ou de personnes déconnectées et tristes.